Archives de Catégorie: Berne, Indiana

Hit The Road…No more

Voilà, c’est fini. Après 3950 kilomètres de route parcourus, neuf états traversés, la boucle est bouclée et nous revoilà à Chicago, prêtes (ou presque) à rentrer en Suisse.

Une chose est sûre: notre Suisse et la leur, c’est rarement la même. Même si Guillaume Tell et Heidi, main dans la main, ne sont jamais loin. Nous étions préparées avant, mais comme toujours, la réalité du terrain vous explose en pleine figure:

Le folklore helvétique est définitivement « in » au fin fond du Wisconsin. L’histoire de la Zytglogge de Berne a soulevé des montagnes (de dollars!) au nord-ouest de l’Indiana. Au sud du même état, les méthodes suisses de viticulture permettent d’initier les amateurs de bourbon aux goûts du vin. En Caroline du Nord, New Bern regarde avec admiration la démocratie, la culture et le paysage de sa ville-mère. Et l’or, nom de bleu, l’or! Ruiné par sa découverte, John Sutter, personnage ambivalent qui a construit son propre mythe, a ouvert les vannes d’une ruée vers le rêve, la richesse, la misère et surtout, le goût du risque, l’entrepreneuriat.

Toutes ces petites histoires récoltées au fil du trajet, vous les découvrirez en images à travers un documentaire qu’il nous reste « juste » à monter! (et  à traduire) (et à vendre) (et à amortir). C’est ça l’entrepreneuriat!

Pour le reste, nous espérons que le divertissement était au rendez-vous. Il l’était en tout cas pour nous. Merci à vous de nous avoir suivis avec une telle fidélité!

A suivre dans des épisodes plus ou moins proches: quelques articles à paraître (peut-être/sûrement, toujours cette histoire d’entrepreunariat (pardon, on adore ce mot, que voulez-vous, c’est l’Amérique!)

Signé: vos dévouées  Molly & Sally

PS: Un petit flashback en images.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Hit The Road… No more

Well, it’s over.

After 2454 miles on the road, through 9 states, the circle is now complete and we’re back in Chicago ready (almost) to go back to Switzerland.

One thing is for sure: our Switzerland and theirs is rarely the same. Even if William Tell and Heidi, hand in hand, are never far.

We were prepared before leaving, but as always the reality of the field blows up in your face:

Helvetic folklore is definitely « in » in the depths of Wisconsin. The history of Berne’s Clocktower made it possible to move mountains (of dollars!) in Northwest Indiana.South of the same state, the Swiss methods of wine-growing make it possible to initiate the bourbon lovers to the tastes of wine. In North Carolina, New Bern looks up to the democracy, culture and landscapes of its Mother-town. And gold, for God’s sake, gold! Ruined by its discovery, John Sutter, an ambiguous character who built his own myth opened the doors to a rush to dream, wealth, misery and above all taste of danger, entrepreneurship.

We’ll show you all these little stories collected along the road in a documentary that we « just » have to edit (and to translate) (and to sell) (and to pay off). That’s entrepreneurship!

For the rest, we hope that was entertainment! It was for us anyway. Thank you for your fidelity!

In the next episode (sooner or later): some articles to be published, still that story of entrepreneurship (yeah, we know we love that word, I mean, this is America!)

Yours devoted, Molly & Sally

PS: a little flashback in pictures (above)


Publicités

Les Amish: à cheval entre deux mondes

On compte aujourd’hui environ 37’000 Amish dans l’Indiana.  Mais tout est basé sur des estimations, puisque cette communauté anabaptiste refuse tout contact avec le Gouvernement. Leur première règle de vie est : « Tu ne te conformeras point à ce monde qui t’entoure ». Pas d’eau courante, ni d’électricité… Et pas de photos, car les Amish pensent qu’on peut alors voir à travers leur âme, un privilège réservé à Dieu. Ils respectent à la lettre les enseignements du Premier Testament, de manière visible dans leurs habits, couvre-chefs, moyens de locomotion…

Cependant, pour eux aussi les temps sont durs. Des concessions sont inévitables. Scène étonnante lundi, à la caisse du supermarché. La mère, sévère, enveloppée dans sa cape et son bonnet noirs, et visiblement en charge de la bourse. Le père avec sa longue barbe blanche qui inspectait les rayons, et deux filles, l’une d’environ 8 ans, l’autre de 12 ou 13 ans. Le montant de leurs courses: 23$. Mais apparemment, trop cher. La matriarche a retiré la grosse bouteille de lessive, et deux ou trois autres choses tout en contrôlant attentivement sa liste d’achat.

Le caissier nous jetait des coups d’oeil, un peu gêné, alors que nous attendions notre tour. Après 5 bonnes minutes de tractations, la famille a réduit sa note à 20$ et s’en est allée remplir le buggy attelé à un cheval patient, parqué devant le supermarché.

Ces mêmes chevaux que nous avons entendu chaque soir, trotter sur la route dans la nuit, sans jamais les voir…  Clop, clop, clop, clop! Et là, nous avons compris la notion d’anachronisme….

Ce diaporama nécessite JavaScript.

It is said that today there are about 37’000 Amish people in Indiana. But everything is based on estimation, since this anabaptist community refuses to have any contacts with the Government. Their first rule taken from the New Testament is « The God who made the world and all things in it, since He is Lord of heaven and earth, does not dwell in temples made with hands… » Therefore, no running water, and no electricity. And no pictures either, because the Amish think that we can see through their soul, a privilege that is reserved to God. They respect the New Testament in all aspects of their lives, such as clothing and hats, and means of transportation…

However, times are hard for them, too. And they have to make concessions. Amazing scene on Monday night at the supermarket cashier. The mother, strict and wraped in her black cape and hat, and she seemed to be in charge of the family money, the father with his long white beard who was inspecting the groceries, and finally two young girls who were about 8 years old and 12 or 13. The amount of their purchase: 23$. Apparently, that was too much. The mother then retrieved the big washing powder bottle and two or three little things, carefully checking her grocerie list at the same time.

As we were waiting for our turn, the cashier was checking on us, a little bit embarrassed. The Amish family was finally able to cut their check back to 20$ after five good minutes of discussion, and they went out to their buggy and horse, standing in front of the supermarket.

These horses that we heard everynight, trotting on the road in the dark… and never really saw… Clop, clop, clop, clop! And right there, we understood the meaning of anachronism…

McDonald’s: ça se passe PAS comme ça!

C’est un peu une bonne vieille histoire de David contre Goliath. De celles qui font si ce n’est plaisir, au moins sourire. Le Mc Donald’s de Berne est très surprenant. Situé dans une maisonnette qui doit rappeler le style « chalet suisse », l’intérieur du célèbre fast-food est parsemé de maximes, certaines bibliques, écrites en allemand  et traduites en anglais. Les plus impressionnantes: « Gott ist unser Gast », Dieu est notre hôte ou « Freiheit ist Herrlichkeit », la liberté est splendeur. Intriguées, nous nous sommes renseignées auprès de la communauté mennonite qui nous a raconté que la ville a accepté l’arrivée de Mc Do à Berne il y a une quinzaine d’années, seulement sous certaines conditions. D’abord, il fallait respecter l’architecture à connotation suisse de la ville. Jusque là, pas trop surprenant, on a déjà vu des Mc Do « régionalisés ». Ensuite, il s’agissait de respecter sa culture d’origine, sa langue et sa communauté chrétienne. Le géant du fast-food a respecté les règles du jeux à la lettre (gothique!) Résultat: apparemment, ce serait le seul Mc Donald’s aux Etats-Unis dont l’intérieur est autant modifié.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

It’s a bit like the same old David against Goliath story. One of those that if not pleases you, at least makes you smile. The Mc Donald’s in Berne is really surprising. Located in a small house that is supposed to remind us of the «chalet style», the inside of the famous fast-food is full of maxims, some biblical, written in German -gothic- and translated in English. Among the most impressive: «Gott ist unser Gast», God is our host, « Freiheit ist Herrlichkeit », freedom is wonderful». We were curious, and we asked the mennonite community. It was explained to us that 15 years ago, the town accepted the arrival of Mac Donald’s only under some conditions. First, the Swiss style architecture had to be respected. Not so surprising at this point, we’ve already seen «regionalised» Mc D0’s. Then, the original culture of the town, its language and its strong christian community also had to be respected. The fast-food giant followed every rules of the game. As a result this Mc Donald’s seems to be the only one in the US to have such been modified in such a way.


Berne, Indiana, pop. 4’150

Bienvenue à Berne, dans l’Indiana,  à environ 500 kilomètres au sud-est de New Glarus. Nous avons changé de fuseau horaire en route. Berne est une toute petite ville fondée en 1852 par un groupe de 72 mennonites, tout droit arrivés du Jura bernois.

Une courte visite au cimetière de la ville et l’on découvre des dizaines de noms suisses, et même plusieurs francophones…

Pas de montagnes, ni de collines dans cette partie de l’Indiana. Impossible donc de rater la « Clock Tower » qui trône au milieu de Muensterberg Plaza! Cette réplique de la Zytglogge de la vieille ville de Berne, en Suisse, mesure près de 50 mètres de haut. On pourrait « presque » y croire avec son « Glockenspiel » et ses personnages qui défilent, retraçant l’histoire de l’immigration… Presque entièrement financée par des fonds privés, elle a coûté 3,2 millions de dollars et a nécessité la destruction de 4 habitations et une station-service. Le but: attirer les touristes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ne manquez pas ici un diapo sur la brasserie de New Glarus, dernière visite avant le départ.

Welcome to Berne, Indiana, about 310 miles South-East of New Glarus. We changed time zone on our way. Berne is a very small town founded in 1852 by a group of 72 mennonites, who came straight from the Bernese Jura.

During a short visit to the mennonite cemetery of the town, we discovered dozens of swiss names on the tombstones, and even several french names…

No mountains or hills in this part of Indiana. So it’s just impossible to miss the Clock Tower that stands on the Muensterberg Plaza! This replica of the Zytglogge of Berne in Switzerland is 164 feet high. And it even has a « Glockenspiel », with figures that tell the story of the emigration. It was basically totally financed by private funds for a cost of 3,2 millions. Four houses and a gas station were destroyed to make room for it. The goal: to draw tourists to the town.

Don’t miss our slideshow above about New Glarus brewery, the last visit we made before leaving.