Archives de Catégorie: North Carolina

Hit The Road…No more

Voilà, c’est fini. Après 3950 kilomètres de route parcourus, neuf états traversés, la boucle est bouclée et nous revoilà à Chicago, prêtes (ou presque) à rentrer en Suisse.

Une chose est sûre: notre Suisse et la leur, c’est rarement la même. Même si Guillaume Tell et Heidi, main dans la main, ne sont jamais loin. Nous étions préparées avant, mais comme toujours, la réalité du terrain vous explose en pleine figure:

Le folklore helvétique est définitivement « in » au fin fond du Wisconsin. L’histoire de la Zytglogge de Berne a soulevé des montagnes (de dollars!) au nord-ouest de l’Indiana. Au sud du même état, les méthodes suisses de viticulture permettent d’initier les amateurs de bourbon aux goûts du vin. En Caroline du Nord, New Bern regarde avec admiration la démocratie, la culture et le paysage de sa ville-mère. Et l’or, nom de bleu, l’or! Ruiné par sa découverte, John Sutter, personnage ambivalent qui a construit son propre mythe, a ouvert les vannes d’une ruée vers le rêve, la richesse, la misère et surtout, le goût du risque, l’entrepreneuriat.

Toutes ces petites histoires récoltées au fil du trajet, vous les découvrirez en images à travers un documentaire qu’il nous reste « juste » à monter! (et  à traduire) (et à vendre) (et à amortir). C’est ça l’entrepreneuriat!

Pour le reste, nous espérons que le divertissement était au rendez-vous. Il l’était en tout cas pour nous. Merci à vous de nous avoir suivis avec une telle fidélité!

A suivre dans des épisodes plus ou moins proches: quelques articles à paraître (peut-être/sûrement, toujours cette histoire d’entrepreunariat (pardon, on adore ce mot, que voulez-vous, c’est l’Amérique!)

Signé: vos dévouées  Molly & Sally

PS: Un petit flashback en images.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Hit The Road… No more

Well, it’s over.

After 2454 miles on the road, through 9 states, the circle is now complete and we’re back in Chicago ready (almost) to go back to Switzerland.

One thing is for sure: our Switzerland and theirs is rarely the same. Even if William Tell and Heidi, hand in hand, are never far.

We were prepared before leaving, but as always the reality of the field blows up in your face:

Helvetic folklore is definitely « in » in the depths of Wisconsin. The history of Berne’s Clocktower made it possible to move mountains (of dollars!) in Northwest Indiana.South of the same state, the Swiss methods of wine-growing make it possible to initiate the bourbon lovers to the tastes of wine. In North Carolina, New Bern looks up to the democracy, culture and landscapes of its Mother-town. And gold, for God’s sake, gold! Ruined by its discovery, John Sutter, an ambiguous character who built his own myth opened the doors to a rush to dream, wealth, misery and above all taste of danger, entrepreneurship.

We’ll show you all these little stories collected along the road in a documentary that we « just » have to edit (and to translate) (and to sell) (and to pay off). That’s entrepreneurship!

For the rest, we hope that was entertainment! It was for us anyway. Thank you for your fidelity!

In the next episode (sooner or later): some articles to be published, still that story of entrepreneurship (yeah, we know we love that word, I mean, this is America!)

Yours devoted, Molly & Sally

PS: a little flashback in pictures (above)


Publicités

Hit the Road, le retour

On a pas réparé Internet. On a changé d’hôtel. Long story… Bref, voilà ce que nous voulions vous raconter:

Nous allons faire beaucoup de déçus. Le temps a filé plus vite que prévu, les kilomètres à parcourir se sont étrangement contorsionnés et le travail à accomplir s’est comme multiplié par trois. L’explication scientifique: le décalage horaire, les unités de mesures différentes et l’étrange équation de deux cerveaux produisant un certain nombre d’idées, beaucoup d’enthousiasme, des projets amorcés, désamorcés et réamorcés. Bref. Tout ça pour vous dire que Savannah, ça va pas le faire. Oui, c’est dur. Oui c’est décevant. Oui, on voulait tous rêver du Sud, en Scarlett-style. Les chamboulements de plans ont fait que nous n’avons passé qu’une soirée dans cette ville. Juste assez pour vraiment regretter ne pas pouvoir s’y arrêter plus longuement et adopter définitivement un rockin-chair.

Et c’est donc parti pour la Californie. Heureusement, la route jusqu’à la capitale de la Géorgie était belle. Des champs de coton, des plantations de tabac, du gospel («God Spell») puissants à la radio. Sans oublier une chaleur moite harassante.

Voici un petit «Hit the Road 2, ambiance sud», puisque beaucoup d’entre vous ont aimé la première partie, vous allez apprécier la seconde. Enjoy.

Le couteau suisse qui faisait aussi chaussure

Quelle ne fût pas notre surprise alors que nous faisions des courses chez Target – sorte d’ABM si on devait chercher une équivalence et si ça évoque encore quelque chose chez quelqu’un – de découvrir au rayon sport, des chaussures de la marque Wenger. Oui oui, celle qui fait des couteaux suisses fabriqués à Delémont. Apparemment, c’est une de ces marques dont on ne soupçonne pas la double vie en-dehors du pays. En plus des baskets – vous apprécierez la croix suisse incrustée en 3D (ça fait joli quand on marche dans la neige) – l’entreprise, créée en 1893, produit le kit complet du randonneur. Et quant celui-ci redevient un businessman la semaine, eh ben, pas de problème, elle lui fabrique aussi des attachés cases (qui lui rappellent sa vraie nature de montagnard puisque ces pièces sont nommées « Alpiner », « Guide », ou encore « Echelon »). Pour la petite histoire, le site internet propose les chaussures que nous avons achetées autour des 100$, nous n’en avons payé que 40$.

Et pour conclure – comment résister à ce petit plaisir? – voici, le texte qui présente l’armée suisse sur le site de la marque. Un petit bijoux. « L’armée suisse est l’une des plus puissantes d’Europe. Cette solide force, entraînée à un niveau professionnel est si formidable qu’elle a réussi à éviter deux guerres mondiales. Tout homme apte au service doit servir son pays et peut être rappelé jusqu’à 50 ans. Afin d’être toujours prêt, chaque soldat reçoit un couteau à la technologie la plus évoluée – et la plus simple: un couteau de poche. »

Et en cliquant ici, vous trouverez un diapo photos sur New Bern.

What a surprise for us, as we were at Target, to discover shoes from the brand Wenger in the sports department. Yes, exactly, the one that produces the swiss knives, handcrafted in Delémont, Jura. Apparently it seems to be one of those brands we have no idea about its second life outside of our country. Besides the snickers – I hope you apprecitate the little swiss crosses 3D incrusted (pretty in the snow) – the society founded in 1893 produces the whole hiker kit. And when the same hiker becomes a businessman during the week, no problem, Wenger produces also briefcases (that reminds him his true alpinist soul with pieces called « Alpiner », « Guide » or «rung»). Note that if the website sells the shoes almost 100$, we only paid 40 for them. And as conclusion, we cannot resist to show you the text that introduces the swiss army on the same website. A little treasure!

« The Swiss Army is one of the strongest in Europe. It is a tough, well-trained professional fighting force so formidable that it has kept the country from being invaded through two World Wars. Every able-bodied Swiss male is required to serve and remains in the army as a reservist until age 50. As a condition of preparedness, each soldier is provided with the most advanced technology and simplest – a folding pocketknife. »

By clicking here, you’ll find a slideshow on New Bern.

La bataille de New Bern

New Bern respire le calme et l’art de vivre « à la sudiste ». Maisons coloniales avec véranda, température tropicale, rocking chair et Mint Julep…

Retour en 1862, le 14 mars. L’air sentait la poudre à canon, les obus pleuvaient sur la forêt autour de la ville, les Confédérés étaient obligés de se replier. Une bataille gagnée par les Nordistes, menés par le Brigadier Général Ambrose E. Burnside, grâce à l’appui de leur flotte qui était remontée sur la rivière Neuse pour soutenir l’armée de terre. Cette guerre, initiée en 1861, opposait les abolitionnistes (nord) et les esclavagistes (onze états du sud).

Après avoir emporté plusieurs autres villes, l’armée de l’Union (nord) avait fait son chemin jusqu’aux portes de New Bern. Les Sudistes, menés par leur Brigadier Général, Lawrence O’Bryan Branch, n’ont rien pu faire. Branch ne disposait que de 4000 hommes, dont une bonne part de malades.

Grâce à la marine, les Nordistes ont conquis la ville, mais la bataille de New Bern a été plutôt âpre. Au final, l’Union a perdu 90 hommes, compté 380 blessés et un seul homme capturé. Le Général Branch a déploré 64 tués, 101 blessés, et 413 capturés ou disparus. Certains de ces hommes qui ont combattu pour le Sud sont enterrés dans le Cedar Grove Cemetary, où l’allée principale est surveillée par la statue d’un soldat confédéré, qui veille sur leur tombe commune. Les forces de l’Union ont occupé New Bern et ses magnifiques maisons jusqu’à la fin de la guerre de Sécession, en 1865, qui tua 620’000 soldats et un nombre indéterminé de civils. La guerre la plus meurtrière du pays, tous conflits réunis.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sweet Potato Pie

Même si on l’appelle Caroline du Nord, c’est un état du Sud… Et quel meilleur arôme que celui de la musique Bluegrass pour donner un petit goût de New Bern! Le Bluegrass est une branche de la country music, très rythmé, avec du banjo, de la contrebasse, de la mandoline, du violon et de la guitare.

Sweet Potato Pie est un all-girl band. Ces 5 musiciennes (et compositeurs) ont gagné le surnom de Sweethearts of Bluegrass… et décrivent leur musique par le terme de: Sweetgrass. Quant à la tarte aux pommes de terre douces, il s’agit bien sûr d’un dessert typique du Sud des Etats-Unis.

Eventhough it’s called North Carolina, it is a Southern State… And what better aroma than the one of Bluegrass Music to give you a little taste of New Bern! Bluegrass is a sub-genre of Country music, with a lot of rythm. The instruments: banjo, upright bass, mandolin, fiddle, and guitare.

Sweet Potato Pie is an all-girl band. These 5 musicians (and composers) have earned the nickname of Sweethearts of Bluegrass… and they describe their music as Sweetgrass. (See the video above)

Hit the road

Quatre états en 11 heures. Nous avons traversé un gros morceau de pays avant-hier. Kentucky, West Virginia, Virginia, et North Carolina. Avec des lieux improbables comme Salt Lick, Hurricane, Pax (un type à la station essence portait son flingue à la ceinture, ouh!), Rocky Gap, Lovers Lane, Fancy Gap, Charlotte, ou encore Cape Fear. Bref, nous voilà à New Bern, au bord de l’eau. Il fait 25 degrés, nous mangeons sur les terrasses. Cool. Voici en sons et en images un extrait de cette road que nous avons hitée.

En cliquant ici, vous trouverez une news insolite trouvée dans la feuille du Kentucky.

Four states in eleven hours. We went across a big piece of country the day before yesterday. Kentucky, West Virginia, Virginia, and North Carolina. With improbable places like Salt Lick, Hurricane, Pax (a guy at the gas station had a gun at his belt, ouh!), Rocky Gap, Lovern Lane, Fancy Gap, Charlotte, or Cape Fear. So now here we are, in New Bern, by the water. Temperature is 77 Fahrenheit (25 degrees Celsius), and we eat on the patio. Cool. Here is a piece of this road we’ve been hitting, with images and sounds. (see video above)

And here is an insolite news, found in the Kentucky paper.