Archives de Catégorie: Uncategorized

Hit The Road…No more

Voilà, c’est fini. Après 3950 kilomètres de route parcourus, neuf états traversés, la boucle est bouclée et nous revoilà à Chicago, prêtes (ou presque) à rentrer en Suisse.

Une chose est sûre: notre Suisse et la leur, c’est rarement la même. Même si Guillaume Tell et Heidi, main dans la main, ne sont jamais loin. Nous étions préparées avant, mais comme toujours, la réalité du terrain vous explose en pleine figure:

Le folklore helvétique est définitivement « in » au fin fond du Wisconsin. L’histoire de la Zytglogge de Berne a soulevé des montagnes (de dollars!) au nord-ouest de l’Indiana. Au sud du même état, les méthodes suisses de viticulture permettent d’initier les amateurs de bourbon aux goûts du vin. En Caroline du Nord, New Bern regarde avec admiration la démocratie, la culture et le paysage de sa ville-mère. Et l’or, nom de bleu, l’or! Ruiné par sa découverte, John Sutter, personnage ambivalent qui a construit son propre mythe, a ouvert les vannes d’une ruée vers le rêve, la richesse, la misère et surtout, le goût du risque, l’entrepreneuriat.

Toutes ces petites histoires récoltées au fil du trajet, vous les découvrirez en images à travers un documentaire qu’il nous reste « juste » à monter! (et  à traduire) (et à vendre) (et à amortir). C’est ça l’entrepreneuriat!

Pour le reste, nous espérons que le divertissement était au rendez-vous. Il l’était en tout cas pour nous. Merci à vous de nous avoir suivis avec une telle fidélité!

A suivre dans des épisodes plus ou moins proches: quelques articles à paraître (peut-être/sûrement, toujours cette histoire d’entrepreunariat (pardon, on adore ce mot, que voulez-vous, c’est l’Amérique!)

Signé: vos dévouées  Molly & Sally

PS: Un petit flashback en images.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Hit The Road… No more

Well, it’s over.

After 2454 miles on the road, through 9 states, the circle is now complete and we’re back in Chicago ready (almost) to go back to Switzerland.

One thing is for sure: our Switzerland and theirs is rarely the same. Even if William Tell and Heidi, hand in hand, are never far.

We were prepared before leaving, but as always the reality of the field blows up in your face:

Helvetic folklore is definitely « in » in the depths of Wisconsin. The history of Berne’s Clocktower made it possible to move mountains (of dollars!) in Northwest Indiana.South of the same state, the Swiss methods of wine-growing make it possible to initiate the bourbon lovers to the tastes of wine. In North Carolina, New Bern looks up to the democracy, culture and landscapes of its Mother-town. And gold, for God’s sake, gold! Ruined by its discovery, John Sutter, an ambiguous character who built his own myth opened the doors to a rush to dream, wealth, misery and above all taste of danger, entrepreneurship.

We’ll show you all these little stories collected along the road in a documentary that we « just » have to edit (and to translate) (and to sell) (and to pay off). That’s entrepreneurship!

For the rest, we hope that was entertainment! It was for us anyway. Thank you for your fidelity!

In the next episode (sooner or later): some articles to be published, still that story of entrepreneurship (yeah, we know we love that word, I mean, this is America!)

Yours devoted, Molly & Sally

PS: a little flashback in pictures (above)


Publicités

Dans le port de Los Angeles

Le port de Los Angeles – comme beaucoup d’autres – a une face A et une face B. Commençons avec le bling bling. Aujourd’hui, c’est le « Norwegian Star » qui prenait le large pour un voyage de 7 jours le long de la Riviera mexicaine. Les 2240 passagers ont dépensé entre 500 et 2000$ dollars. En plus des cabines et suites, une villa 3 pièces peut être louée! Le Norwegian emploie 1065 personnes actives sur les 14 ponts, 14 restaurants, 9 bars, salles de sport, cinéma, casino, spa…La croisière s’amuse quoi! L’autre aspect maintenant. Ce port est une plateforme majeure pour le commerce mondial. Fondé officiellement en 1907, il traitait alors pour 2 millions de dollars de marchandise par année. Aujourd’hui, cette somme s’élève à 190 milliards de dollars. La majorité de la marchandise vient d’Asie. 40% de ce qui arrive est redistribué dans le pays. 16’000 personnes travaillent sur le site. Cette mega infrastructure n’est pas sans conséquence sur l’environnement. L’air est tellement pollué que le taux de cancers dans la région explose. Les instances du port se sont dépêchées d’injecter 52 millions de dollars dans un programme de dépollution.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

The port of Los Angeles has – as many other ports – an A and a B face. Let’s start with the bling bling. Today, the « Norwegian Star » was leaving for a 7 day trip along the Mexican Riviera. The 2240 passengers spent between 500 and 2000$. What is more than the cabins and suits, is a 3 bedroom villa that you can rent! 1065 people work for the Norwegian on the 14 decks, 14 restaurants, 9 bars, fitness centers, movie theater, casino, spa… Kind of a Love Boat! Now the other aspect. This port is a major plateform pour the world trades. Officially founded in 1907, the port handled $2 millions worth of cargo. Today, nearly $190 billions are handled annually. Most of the merchandise comes from Asia. 40% of what arrives is redistributed over the country. 16’000 people work on the site. This mega infrastructure has heavy consequences on the environment. The air is so charged with pollution, that the number of cancers in the region rockets sky high. The port authorities has allocated $52 millions in a program to supposedly  clear the air.

Histoire de courges

Qui ne connaît pas le rapport des Américains à la courge? A l’approche d’Halloween, tous les porches des maisons étaient décorés de citrouilles creusées en personnages sympathiques ou effrayants. Des lanternes pour illuminer la nuit précédant la Journée des morts. Bien sûr, la courge est surtout un fruit et nous espérions manger quantité de soupes, surtout dans le Midwest. Et bien, rien de tout cela, au contraire! Et ce n’est pas faute de chercher. « De la soupe? A la courge? Euh..non, désolé« , nous disait-on en nous regardant comme si nous étions bizarres. La « Pumpkin pie » par contre est courante: une tarte très sucrée avec beaucoup de noix de pécan et de canelle. Mais une fois dans la « grande ville », tout a changé. Des courges, encore et encore, et sous toutes leurs formes: salade de rucola et dès de courge, cake, curry de lentilles et courges chez le Thaï, pumpkin chai latte, muffin, pancakes, café à la courge et même de la bière! Mais toujours pas de trace de soupe, damn it.

Pumpkins stories

Who doesn’t know the relationship Americans have with pumpkins? When Halloween was coming, every houseporches were decorated with carved pumpkins in nice or frightening characters. Lanterns to bright the night before the All Saints’ Day. Of course the pumpkin is above all a fruit and we were hoping to eat a lot of soups, especially in the Midwest. Well, nothing of that, on the contrary! « Soup? Pumpkin soup? No, sorry… » we were told as if we were…strange. Oh the other hand, the pumpkin pie is really popular. Very sweet, with a lot of pecan nuts and cinnamon. But once in the « big city », everything changed. Pumkins again and again and in every shape: bread, arugula salad and pumpkin dices, curry, latte, muffins, pancakes, coffee and beer. But still no soup to find, damn it!

Le couac

Ah, Internet. On est peu de chose quand ça bug. Et en ce moment chez nous, ça bug, et pas qu’un peu. Petite pause donc, le temps que les choses se remettent en place. On a presque soulevé un staff de guerriers-techniciens pour ça. De retour au plus tard lundi!

These little things…

C’est un immense pays très civilisé et plein de technologie. Et pourtant, les petites choses les plus simples deviennent parfois de « real pain in the ass ». Quelques exemples en vrac…  notre GPS, les portes des hôtels qui fonctionnent avec des cartes, les prises électriques et les lampes qu’on ne sait jamais ni allumer ni éteindre, les t-shirts taille S qui me font des chemises de nuit, les billets de banques tous verts et de la même taille, les taxes jamais comptées dans le prix indiqué, prix qui ne sont d’ailleurs jamais arrondis (6$ et 89 cents), la voiture à boîte automatique dont les portes se vérouillent automatiquement…. et la liste est longue!

Mais parmi ces petites choses, il y en a qui tendent vraiment les nerfs: les toilettes toujours remplies d’eau, alors quand on s’essuie et que le papier trempe dedans, et bien c’est très, très désagréable! Les règles de circulation aussi… On dépasse à gauche ou à droite, c’est selon, mais on ne se rabat jamais sur la piste de droite, du coup on doit slalomer, c’est con, non? Oh! Et devoir payer l’essence avant d’avoir fait le plein. Vous savez, vous, combien contient précisément votre réservoir et quel est le prix du gallon? Ben ouais, un gallon c’est environ 3,2 litres, facile… Et Deborah qui n’arrête pas de regarder combien de temps elle arrive à gagner sur les prévisions du GPS.

These little things…

It’s a huge and very civilized country full of technology. And yet, the little things that are supposed to be easy become sometimes a real pain in the ass ». here are some exemples… Our GPS, the hotel doors opening with electonic cards, the electric outlets and the lights that you just never know how to switch on or off, the t-shirts size S that make me look like I’m wearing a night gown, the dollar bills that are all green and all of the same size, the taxes never included in the indicated price, prices that are never rounded up (6$ and 89 cents), the automatic car with doors locking automatically… and the list goes on!

Among all these little things, some are really more annoying than others: the restrooms always filled up with water, so when you wipe yourself  and the paper gets soaked, well, that’s very, very disturbing! The rules of circulation also… You take over on the left or on the right, as you wish, but you never get back on the right lane so you always have to slalom, not very convenient, right? Oh! And the fact that you have to pay your gas before fulling the tank. Do you know precisely how much contains your tank and what is the price of a gallon? Well, yeah, one gallon is about 3.2 liters, so that’s easy… And Deborah who keeps checking on the GPS to see if she can beat the predicted arrival time…

L’insoutenable légèreté du lycée

Définitivement moins joyeux que d’habitude… Presque tous les jours, les journaux américains publient des articles sur une sombre et triste affaire qui secoue le pays à plusieurs niveaux. La ville de Mentor, dans l’Ohio, a vu quatre de ses adolescents se suicider depuis le début de l’année parce qu’ils étaient persécutés (« bullied ») par leurs camarades d’école. Mentor a pourtant été élue parmi les villes les plus agréables à vivre par CNN et par Money Magazine…

Les raisons du harcèlement sont multiples, mais aussi terriblement futiles. L’une d’origine étrangère avait un fort accent, l’autre aimait porter des t-shirts roses, une troisième souffrait d’un léger retard d’apprentissage. Mais en tête de liste, les railleries autour de l’orientation sexuelle. Tous se sont donné la mort pour échapper aux constantes injures et même aux agressions physiques qu’ils subissaient tous les jours.

Deux plaintes ont été  déposées par les parents contre l’école pour « non-assistance à personne en danger ». De nombreux autres suicides ont eu lieu dans tout le pays et ces faits suscitent enfin un intérêt au niveau politique. Plusieurs associations font pression sur le Congrès pour qu’il vote une loi qui permettrait aux écoles bénéficiant de fonds fédéraux de mettre sur pied des programmes de prévention du harcèlement, concernant notamment l’orientation sexuelle. Une experte en la matière, Barbara Coloroso, estime que ces persécutions doivent être prises très tôt au sérieux car elles marquent le début de la déshumanisation.

Lu dans : Chicago Tribune, Monroe Times, Wisconsin State Journal, Times Magazine, USA Today

22 octobre: le président Obama s’exprime sur le sujet sur le site de la Maison Blanche

The Unbearable Lightness of Highschool

Definitely not as funny as usual… Almost everyday we can read articles in the newspapers about a dark and very sad story that shook the country up in many ways. The town of Mentor, Ohio, has seen four of its youths kill themselves since the beginning of this year because they were bullied by their schoolmates. Although Mentor had been voted among the « best places to live » by CNN and Money Magazine.

There are multiple reasons for these suicides, notably sexual orientation, but some are also terribly futile. One girl had a strong foreign accent, a boy liked to wear pink t-shirts, another girl had a learning disability, etc, etc… And all of them chose to end their life to escape from the constant insulting and even the physical aggressions they had to face everyday.

The School district faces two lawsuits because the parents claim that their children were bullied to death and the school did nothing to stop it. Numerous other suicides have taken place througout the country and it finally seems that the political conscience has been raised. Several associations try to put pressure on Congress to pass a pending bill, the Safe Schools Improvement Act, that would require schools receiving federal funds to implement bullying prevention programms that also address anti-gay harassment. The expert Barbara Coloroso says that bullies need to be held accountable the very first time they call somebody a gross term, because it is the beginning of dehumanization.

Oct. 22: President Obama talks about it on the White House website