Archives de Tag: California

Hit The Road…No more

Voilà, c’est fini. Après 3950 kilomètres de route parcourus, neuf états traversés, la boucle est bouclée et nous revoilà à Chicago, prêtes (ou presque) à rentrer en Suisse.

Une chose est sûre: notre Suisse et la leur, c’est rarement la même. Même si Guillaume Tell et Heidi, main dans la main, ne sont jamais loin. Nous étions préparées avant, mais comme toujours, la réalité du terrain vous explose en pleine figure:

Le folklore helvétique est définitivement « in » au fin fond du Wisconsin. L’histoire de la Zytglogge de Berne a soulevé des montagnes (de dollars!) au nord-ouest de l’Indiana. Au sud du même état, les méthodes suisses de viticulture permettent d’initier les amateurs de bourbon aux goûts du vin. En Caroline du Nord, New Bern regarde avec admiration la démocratie, la culture et le paysage de sa ville-mère. Et l’or, nom de bleu, l’or! Ruiné par sa découverte, John Sutter, personnage ambivalent qui a construit son propre mythe, a ouvert les vannes d’une ruée vers le rêve, la richesse, la misère et surtout, le goût du risque, l’entrepreneuriat.

Toutes ces petites histoires récoltées au fil du trajet, vous les découvrirez en images à travers un documentaire qu’il nous reste « juste » à monter! (et  à traduire) (et à vendre) (et à amortir). C’est ça l’entrepreneuriat!

Pour le reste, nous espérons que le divertissement était au rendez-vous. Il l’était en tout cas pour nous. Merci à vous de nous avoir suivis avec une telle fidélité!

A suivre dans des épisodes plus ou moins proches: quelques articles à paraître (peut-être/sûrement, toujours cette histoire d’entrepreunariat (pardon, on adore ce mot, que voulez-vous, c’est l’Amérique!)

Signé: vos dévouées  Molly & Sally

PS: Un petit flashback en images.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Hit The Road… No more

Well, it’s over.

After 2454 miles on the road, through 9 states, the circle is now complete and we’re back in Chicago ready (almost) to go back to Switzerland.

One thing is for sure: our Switzerland and theirs is rarely the same. Even if William Tell and Heidi, hand in hand, are never far.

We were prepared before leaving, but as always the reality of the field blows up in your face:

Helvetic folklore is definitely « in » in the depths of Wisconsin. The history of Berne’s Clocktower made it possible to move mountains (of dollars!) in Northwest Indiana.South of the same state, the Swiss methods of wine-growing make it possible to initiate the bourbon lovers to the tastes of wine. In North Carolina, New Bern looks up to the democracy, culture and landscapes of its Mother-town. And gold, for God’s sake, gold! Ruined by its discovery, John Sutter, an ambiguous character who built his own myth opened the doors to a rush to dream, wealth, misery and above all taste of danger, entrepreneurship.

We’ll show you all these little stories collected along the road in a documentary that we « just » have to edit (and to translate) (and to sell) (and to pay off). That’s entrepreneurship!

For the rest, we hope that was entertainment! It was for us anyway. Thank you for your fidelity!

In the next episode (sooner or later): some articles to be published, still that story of entrepreneurship (yeah, we know we love that word, I mean, this is America!)

Yours devoted, Molly & Sally

PS: a little flashback in pictures (above)


Testé pour vous: le patin à glace sous les palmiers

En Californie, pour attirer la foule, les idées ne manquent pas. Thanksgiving lance la fameuse « Holiday Season », en gros le mois qui précède Noël. Pour l’occasion, on peut, par exemple, louer des patins à glace et s’élancer sur une patinoire entourée de palmiers, juste au bord de la plage. Une expérience plutôt exotique… surtout quand on n’a plus chaussé ces drôles d’engins depuis des années!

In California the ideas are always there to attract the crowd. Thanksgiving is the start of the Holiday Season, more or less the month that precede Christmas. For the occasion you can for instance rent ice skates and practice on an ice rink surrounded with palm trees, right next to the beach. A pretty exotic experience… especially when you haven’t been skating in decades!

 

 

Testé pour vous: Thanksgiving

Jeudi, c’était Thanksgiving, tradition incontournable en Amérique qui date de l’époque des premiers colons et qui était originairement une journée de « remerciements » pour les bonnes récoltes. Lever à 6 heures du matin: nous avons participé au « Father’s Joe Thanksgiving Run Day », une course de 5 kilomètres organisée par une oeuvre de charité depuis 2002. 10’000 personnes ont arpenté les rues de San Diego. Les bénéfices (la participation coûte 35$) ont notamment permis d’offrir le repas traditionnel aux sans-abris de la ville.

Après l’effort, le réconfort: Aline a de la famille près de San Diego et nous avons goûté au plus près à cette tradition. Au menu, donc (comme 95% d’Américains aujourd’hui!): la fameuse dinde farcie (turkey) accompagnée de purées de pommes de terres et patates douces, de gelée de canneberges, d’épinards, haricots verts recouverts de sauce blanche et oignons frits et en dessert, un cheesecake à la courge. Delicious! Merci à la famille Essig pour son accueil!

[slideshow(exclude=course1]

Thursday, America celebrated Thanksgiving, the inescapable tradition that goes back to the first pilgrims. Wake up call at 6 am: we participated in the « Father’s Joe Thanksgiving Run Day », a 5 km race organized by a charity since 2002. 10’000 people ran in downtown San Diego. The benefits (participation costs 35$) allowed to offer the traditional meal to the homeless of the city (see video above).

And after effort, relaxation: Aline has family near San Diego and we lived this tradition from the inside. So today’s menu (like 95% of the Americans had this day!): the famous stuffed turkey with mashed potaoes and mashed sweet potatoes, cranberry sauce, gravy, spinach, green beans with white sauce and fried onions and as dessert, a pumpkin cheesecake. Delicious. Our thanks to the Essig Family for being so welcoming! (see pictures above)

Testé pour vous: le Mexique (ouais… juste Tijuana!)

« N’y allez pas », nous a-t-on dit à plusieurs reprises. Ou seulement de jour. Et ne sortez pas des « artères » touristiques. Tijuana est située à 30 kilomètres de San Diego. C’est là que les Américains se rendent en masse le week-end pour se saouler presque gratuitement, 1$ la bière, 4$ le cocktail. Mais l’endroit n’est pas seulement associé aux festivités. En ce moment, Tijuana rime avec fusillades, cartels de drogue, et règlements de comptes. Mais nous avons tout de même posé un pied timide de l’autre côté de la frontière. Un mardi en pleine journée: c’est une ville fantôme, hantée par les vendeurs de gadgets « symboles » du Mexique. Un peu glauque. Toute la ville semble n’attendre qu’une seule chose: le week-end.

« Don’t go there », have we been told several times. Or only by day. Et don’t go out of the touristic zone. Tijuana is located 20 miles away from San Diego. It’s the place where the Americans go in big crowds to get drunk almost for free, 1$ the beer, 4$ the cocktail. But the city isn’t only associated with festivities. Right now, Tijuana rhymes with shootings, drug cartels and settlings of scores. But still, we set a shy foot on the other side of the border. Tuesday, in the middle of the day: it’s a ghost city, haunted by sellers of  Mexican « symbols ». Kind of shabby. The whole city seems to wait for only one thing: the week-end. Watch the video above for a taste of Tijuana.

Testé pour vous: le Tattoo

Une expérience qu’Aline se promettait de réaliser depuis 15 ans, alors qu’elle vivait à Pacific Beach, San Diego. C’est chose faite. Alors, a-t-elle opté pour un dragon, un signe tribal, une sirène ou une citation? La réponse en images. Merci à Roger pour le travail minutieux effectué durant de nombreuses heures…

An experience Aline wanted to live since 15 years, when she lived in Pacific Beach, San Diego. It is now done. So, did she opted for a dragon, un tribal sign, a siren or the name of one of his godson? The answer in pictures. Thanks to Roger for his meticulous work executed during a lot of numers….

Testé pour vous: le brunch à l’américaine

Le brunch en Amérique, c’est une institution. Déjà que les petits déj’ tiennent plutôt bien au ventre, commencez de jeûner trois jours avant…

Il paraît que le Westgate Hotel a établi sa tradition il y a plus de 40 ans. Allez-y en voiture, pour avoir le plaisir de la laisser entre les  mains du valet pendant que vous brunchez. Prenez le grand escalier qui vous amène directement au milieu des tables couvertes de toutes sortes de plats et ouvrez grand vos yeux!

La salle à manger est décorée dans un style vieille France à l’américaine. Tapisserie au mur, grands bouquets de fleurs, fauteuils en bois et tissu. Une fois assis, on vous sert jus d’orange, thé ou café, mais surtout du champagne. Ensuite, à vous de jouer. Dans les spécialités: caviar, écrevisses, saumon, huîtres, choix de sushis. Pour les plats chauds: filet mignon de porc, rôti d’agneau, roastbeef, espadon, mais le plus cool, ce sont les omelettes qu’on prépare devant vous selon vos souhaits, tout comme les crêpes. Sans oublier la table des desserts et la fontaine de chocolat…

Quand vous revenez à votre place, on vous a déjà resservi du champagne et le pianiste est en train de jouer. Les clients sont relativement jeunes, presque tous en couple. Entre les bouchées, des confidences, puis tout le monde se croise, assiette en main. Une bruyante fête d’anniversaire entre copines, ponctuée par le Happy Birthday joué au piano. Une sortie mère-fille qui discutent en allemand. Un couple âgé très élégant, qui semble habitué des lieux et des serveurs depuis longtemps. Et une réception de mariage qui se déroule dans la salle à côté. Le tout pour 42$ et une parfaite occupation pour ce dimanche pluvieux.

Brunch in America is an institution. The breakfast are already hearty, so start going without food three days before…

The Westgate Hotel established its tradition more than 40 years ago. Go there by car just to have the pleasure of letting the valet taking care of it while you brunch. Go up the big staircase that brings you right in the middle of the tables covered with all sorts of food and keep your eyes wide open.

The dining room is decorated in an American vieille France kind of style. Tapestry on the walls, big bouquets, wood and fabric armchairs. Once you are seated, you’ll get orange juice, tea or coffee, but also Champagne. Then it’s up to you. Among the specialties: caviar, crayfish, salmon, oysters, sushis. For the hot plates: Pork filet mignon, lamb, roastbeef, swordfish, but the coolest thing are the omelettes that are prepared in front of you and as you wish, as well as the crepes. And not forgetting about the desserts and the chocolate fountain…

When you come back to your chair, champagne has already been poured into your glass and the pianist is playing. The clients are relatively young, almost all couples. In between mouthfull, confessions, then everyone walks by each other with a plate in hand. A noisy birthday party between girlfriends and the piano playing the birthday song. A German mother and daughter brunch. An old couple very elegant who seems to be familiar with the place and the waiters. And a wedding reception that is taking place in the next room. All of that for 42$ and a perfect occupation for a rainy Sunday.


La Vie en Rose… Fluo!

Journée à Venice Beach. Palmiers, océan, sable… Pour les ingrédients, vous l’aurez compris, on prend les mêmes et on recommence. La composante humaine, par contre, varie quelque peu. Disons qu’elle est « plus »: excentrique, insolite, étrangement absurde. Quand elle ne flâne pas à pieds (nus) sur la promenade, la population locale se déplace constamment sur roulettes: vélos au design étudié, skate, rollers. Et un élément frappe: ici, le temps semble s’être arrêté en 1994. T-Shirts aux motifs désormais interdits chez nous, cheveux décolorés, skateboards. Et surtout, des couleurs fluo. Partout et tout le temps. A relever encore: la bande-originale de la promenade qui varie à chaque échoppe et qui sans cesse a poussé Aline à répéter « Ouais, ils ont définitivement un problème avec la musique ici. » Pour vous donner une idée, ça va du générique de Miami Vice à «This is the rythm of the Night», en passant par « What is Love? »

Parmi les spécimens croisés et non photographiés: un joueur de didjeridou sur planche à roulettes, un cycliste en doudoune blanche avec un système stéréo intégré dans son vélo, un tatoueur bulgare bradant ses oeuvre à 5$ en fin de journée et les très nombreux rabatteurs vendant des certificats médicaux vous donnant accès au cannabis. Pour le reste, images!

Et demain, ne manquez pas une rencontre avec «Dirty Shoes»

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Vie en Rose… Fluorescent!

A day in Venice Beach. Palm trees, ocean, beach… Same old ingredients! The human touch, though, changes a little bit. Let’s say, everything here seems to be « more« : excentric, insolite, strangely absurd. When it’s not strolling (barefeet) on the promenade, the local population is constantly moving on wheels: designer’s bikes, skateboards, rollers…But the one thing that hits you the most here: Time seems to get stuck in 1994. T-Shirts with motives that you could’nt think possible in Europe nowadays, bleeched hair, skateboards. And, moreover, fluorescent colours. Always, all the time. Notice another thing: the original soundtrack of the promenade that changes from shop to shop (but never improves) and makes Aline constantly repeat: « Yep, they definitly have a music problem here!«  To give you an idea: it goes from « the Miami Vice » credit song to « This is a rythm of the Night« , and of course « What is Love? »

Among the speciemen not pictured: a didjeridou player on a skateboard, a biker wearing a white ski jacket with an integrated stereo system on his bike, a bulgar tattoo artist who sells off cheaply his work at 5$ at the end of the day, and the numerous beaters selling medical certificates, that give you legally access to cannabis. For the rest, here are the pictures! And tomorrow, don’t miss a meeting with «Dirty Shoes»!