Archives de Tag: Californie

Testé pour vous: le Pacifique un 24 novembre

Cette fois, c’est au tour de Deborah de mettre sa résistance physique à rude épreuve! Température de l’air:  12° C. Vent d’0uest: environ 20 Km/H et voici ce qu’on nous indique quant à sa force sur le site de Windfinder: les poussières s’envolent, les petites branches plient. Etat de la mer: petites vagues, de nombreux moutons. Température de l’eau: 16,2 °C. L’une des plus belles plages de San Diego est celle de Coronado Island, dominée par l’Hôtel du même nom, construit en 1888, légendaire sur la côte Ouest. Bravo Deb!!

It was time for Deborah to get her physical resistance being put to the test. Air temperature: 53° F. West wind: at a speed of about 12 miles and here is what you can read on the Windfinder Website: dust flies around and little branches are agitated. As for the Ocean: little waves. Water temperature: 60° F. Coronado Island has one of the most beautiful beaches of San Diego and is home of the Hotel del Coronado, built in 1888, a legend on the West Coast. Way to go Deb!

Venice Dirty Shoes

La promenade de Venice Beach déborde de musiciens indépendants cherchant à vendre leur musique. Munis d’un discman, ils vous le posent sur vos oreilles pour présenter leur travail et cherchent ensuite à vendre leurs maquettes autoproduites à un prix que vous aurez fixé. Plus que de gagner de l’argent, il s’agit surtout de se faire (re)connaître. Rencontre avec Pablo Venice, aka «Venice Dirty Shoes» et démonstration de sa musique.

Dirty Shoes a enregistré un CD de 16 chansons, qu’il a financé lui-même. Avec persévérance, il s’est payé des sessions dans des studios d’enregistrement, qui lui coûtaient chacune entre 100 et 200$. « Si le technicien croit en toi, au lieu de juste tourner des boutons, alors la créativité est dans la place! C’est comme un rayon de soleil, ya see what I mean? »

Et en cliquant ici, une nouvelle news insolite.

The Venice Beach Promenade is full of independant musicians trying to sell their music. Carrying a discman, they put the headphones on your ears to present their work and try to sell you their self-producted CD to a price you decide. More than making money, it’s all about getting known. Meeting with Pablo Venice, aka « Venice Dirty Shoes », and demonstration of his music.

Dirty Shoes has recorded a 16 song CD, financed by himself. Slowly, he paid sessions in the recording studios, each time between 100 and 200$. « If the technician believes in you, instead of just turning buttons, the creativity is on! It’s like sunshine, ya see what I mean? » (See video above)

And by clicking here, another « insolite news »

De l’or!

Nous nous sommes rendues à Coloma, là où de l’or fut trouvé pour la première fois en 1848 par James Marshall, employé de John Sutter. L’endroit est perdu dans les montagnes californiennes. Il reste un pseudo saloon avec du wifi gratuit (!) et un parc surveillé par un ranger. A chaque mètre, une plaque pour vous raconter un bout d’histoire. Nous avons mis les pieds dans l’eau et la main à la pâte pour vous…

Gold!

We spent the day in Coloma, the place where gold was found for the first time in 1948 by James Marshall, John Sutter’s employee. The place is lost in the Californian mountains. There is kind of a saloon left with free wifi (!), and a park watched by a ranger. Every feet, a landmark to tell you a piece of History. We put our feet and hands in the water for you… (see video above)

Goldrush

Sacramento: berceau de la Ruée vers l’or. C’est à Coloma, à 75 km d’ici, qu’un employé du Suisse John Sutter trouva pour la première fois de l’or dans l’American River. Nous sommes en 1848, la Californie s’apprête à vivre huit années de folie. Américains et étrangers, surnommés les « forty-niners » (1849) se précipitèrent sur ces terres pour en extraire le meilleur possible. Le malheureux John Sutter, qui avait bâti un empire agricole appelé « New Helvetia » fut ruiné par le phénomène. Ses employés l’abandonnèrent, ses récoltes furent ravagées et toutes ses terres squattées.

La région a prospéré rapidement: mise en place du chemin de fer et des bateaux à vapeur, constructions d’églises et d’écoles, développement de l’agriculture, mise en place d’un système de lois et création d’un gouvernement: en 1850 la Californie fut admise comme Etat américain. Le revers de cette médaille (d’or), c’est qu’à nouveau les Indiens ont subi cette conquête de l’Ouest: de nombreuses tribus furent attaquées et chassées de leurs terres. Lorsque, dès 1850, l’or devint difficilement accessible, les mineurs américains se retournèrent aussi contre les chercheurs d’or immigrés. L’Etat leur demandait de s’acquitter d’une taxe de 20$ par mois pour continuer leur quête.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’incroyable histoire de John Sutter peut être lue dans « L’Or », de Blaise Cendrars.

Et en cliquant ici, vous trouverez quelques images du « Old Sacramento ». Et ici, une petite vidéo sur la route qui nous a menée à Sacramento. Changement de décor, encore!

Sacramento: cradle of the Goldrush. It’s in Coloma, 47 miles away from here that an employee of the Swiss John Sutter found gold for the first time in the American River. We are in 1848, California is going to live 8 years of madness. American and strangers, nicknamed the « forty-niners » (1849) rushed at these lands to extract the best of it. The poor John Sutter, who had built an agricultural empire called « New Helvetia », ended ruined by the phenomena. His employees abandonned him, his harvest was ravaged and all his land squatted.

The region throve quickly: implementation of the railroad and the steamboats, construction of churches and schools, development of agriculture, law system and creation of a government: in 1850, California became part of the United States. The other side of the (gold) coin is that, again, the Native American suffered from this conquest of the West: a lot of tribes were attacked and chased from their lands. When, in 1850, the gold became hard to access, the American miners turned against the migrated gold seekers. The State asked them to pay a 20$ tax to continue their search.

Above: pictures taken at the Historical Sacramento Museum.

The story of John Sutter can be read in « Gold. The Marvellous History of General John Augustus Sutter », a novel written by Blaise Cendrars.

By clicking here, you’ll see some pictures of Old Sacramento. And here, a short video on the road that brought us in Sacramento. Decor change, again!